Ça va bouger au Grand Selve !

Par notre implication active depuis 3 ans à l’évolution de notre quartier auprès des services  de la mairie, notre participation à de nombreuses réunions et nos propositions , Bien Vivre au Grand Selve relaie les demandes des habitants du quartier auprès des élus.

Aménagement de l’ilot central du quartier

Lors d’une réunion le 6 décembre avec les représentants des associations du quartier  à laquelle nous étions,  le service des espaces verts de la Mairie nous a présenté le projet d’aménagement de l’espace libre entre les nouveaux  immeubles derrière l’école (lotissement SATC) qui est aujourd’hui à l’état de terrain vague.

un terrain de 5200 m2 à aménager

Longtemps promis à l’appétit féroce des promoteurs, ce terrain a été sauvé de haute lutte, à l’occasion des élections municipales 2014, par une campagne d’affichage « assez de béton » suivie des engagements publics de M Moudenc pour un urbanisme apaisé.

Sur ce point la mairie tient donc sa promesse et nous allons donc voir un début d’aménagement en espace vert  début 2018

Voici donc le plan qui nous a été présenté ainsi que les hypothèses, évoquées lors de la réunion, d’aménagement à venir de ce terrain de 5200 m2 qui serait sectorisé par des allées et planté d’arbres pour devenir le poumon vert d’un quartier maintenant largement envahi par les constructions.

projet présenté le 6 décembre en réunion de commission

Dans l’immédiat rien d’extraordinaire certes, mais cela pérennise la destination de cet espace qui reste en zone constructible en attendant la mise en application du nouveau PLUIH en 2019. A suivre donc ….

évolutions possibles du projet

Quelques réalisations vue ailleurs :
Citypark à Borderouge (Antonin Froidure)

 

 

 

 

village dans l’ariège

Aménagement dans un village Haute Ariège (225 habitants)

Pour recevoir des informations régulières sur le quartier  abonnez vous à notre lettre d’information. C’est gratuit !

Rentrée à la nouvelle école provisoire

L’école rue fenelon a ouvert le 4 septembre

Mais GROSSE GALERE pour y accéder ! 

Photos prise le jour de la rentrée et jeudi 7 septembre.
Un mail a été envoyé à la Mairie demandant des aménagements urgents pour la sécurité des enfants  et en signalant les problèmes constatés sur le terrain :

  • impossibilité de se croiser dans la rue avec le passage des bus , un dans chaque sens à 8h30 + le camion des poubelles !
  • difficultés pour entrer et sortir en toute sécurité du parking en l’absence de sens unique dans la rue Fenelon
  • Des situations dangereuses sont constatées (véhicules forcés à monter sur les trottoirs ou piétons sur la chaussée, )

 

 

 

Nous espérons que  les services de la mairie viendront sur le terrain pour constater la situation et  prendre les mesures nécessaires

 

 

 

 

 

 

 

 

Invitation le 9 avril à la maison de quartier

invitation réunion du 9 avril

Antenne orange : silence radio !

Depuis l’arrêt ‘officiel’ du projet actuel d’antenne-relais au Grand Selve, voir le communiqué de l’association en date du 25 janvier

c’est le silence radio du côté de la Mairie.

On sait seulement que deux réunions se sont tenues entre les services de Toulouse Métropole et l’opérateur Orange et que 2 autres sites éloignés des écoles de Launaguet et du Grand selve auraient été proposés et que Orange étudierait la faisabilité technique.

Nous avons relancé les élus récemment mais sans réponse de leur part jusqu’à présent

On n’imagine pas que tout ce temps, ces réunions et ces études soient menées pour en revenir à la case départ mais nous restons plus que jamais vigilants et mobilisés. 

 

`

Lettre aux maires de Launaguet et Toulouse

Suite à la réunion du 27 octobre nous avons écrit aux élus concernés une lettre dont nous publions les principaux extraits :

Nous sommes très déçus et insatisfaits du constat qui nous a été dressé :
la soi-disante absence d’impact des ondes générées sur la santé publique, l’hypocrisie flagrante de la part d’Orange, et l’incapacité totale des élus locaux à intervenir.
Nous ne reviendrons pas trop sur le premier point, à savoir les risques potentiels sur la santé publique car des experts du monde entier font déjà couler beaucoup d’encre sur le sujet et nous ne sommes pas des experts. La seule évidence semble être que le risque n’est aujourd’hui pas « avéré », mais que, vous le savez bien, le nombre de cas de maladies reconnues augmente chaque année et ce n’est qu’une question de temps pour que la lumière soit faite sur ces sujets, tout comme cela a été le cas du Mediator, du Paraben, du Bisphenol A…
Nous sommes donc inquiets pour nous, nos familles et nos enfants.
Nous nous attarderons un peu plus sur le second point, à savoir l’argumentaire inexistant d’Orange, qui n’a pas fait beaucoup d’efforts pour nous démontrer scientifiquement que cette zone était une « zone blanche ». leur présentation n’a fait que mettre en évidence une divergence sur la réalité de la zone blanche avec les données factuelles (couverture DCS 1800, couverture 4G existante et confirmée par des utilisateurs présents dans la salle, ainsi que par le site internet d’Orange lui-même qui affiche une pleine couverture de tous les services dans cette zone).
Afin d’éclaircir si la réalisation d’une telle antenne rentre bien dans le cadre de l’obligation légale des opérateurs de couvrir tout le territoire, nous demandons à la Mairie de Toulouse de faire réaliser des mesures de la couverture radio existante sur la « zone blanche » mise en avant par Orange, …
Ceci doit être fait préalablement à toute réunion de concertation à venir sur ce projet, et à la reprise éventuelle des travaux.

Nous souhaitons enfin et surtout nous attarder sur le dernier point, concernant les pouvoirs des élus locaux. En tant qu’administrés, nous ne pouvons accepter le fatalisme des élus qui nous représentent face à une telle situation. Le Maire, dans ses attributions, est chargé de « maintenir la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques dans sa commune ». C’est bien de cela qu’il s’agit dans le cadre de ce projet d’implantation d’antenne relais.

Nous demandons à la Mairie de Toulouse d’être les initiateurs d’une concertation métropolitaine  entre l’opérateur Orange, la commune de Launaguet, la commune de Toulouse et les riverains des 2 communes. Cette concertation permettra d’une part de palier aux manquements initiaux, mais surtout de permettre à toutes les parties concernées de se concerter intelligemment. L’implantation du projet, en limite de 2 communes, fait qu’il est impensable de ne pas se concerter collégialement. Cela sort évidemment du « cadre administratif » classique où chacun reste strictement cantonné à ses propres missions, dans un périmètre bien défini, mais s’agissant d’ondes qui ne s’arrêtent pas au périmètre propre de la commune, il est indispensable de faire preuve de bonne intelligence en sortant du cadre habituel pour créer une concertation métropolitaine. C’est cela que nous attendons de la part des nos élus locaux.

Nous souhaitons de plus que la ville de Toulouse étudie une zone d’implantation possible sur son territoire, dans la zone de la future ZAC Paléficat, en bordure du BUN. Cette zone étant, comme vous nous l’avez indiqué, à concevoir, il est pour sûr envisageable de trouver une parcelle, pas trop éloignée de la parcelle actuellement considérée, qui pourrait répondre aux contraintes techniques d’Orange, et qui ne serait pas située à moins de 300 m de 2 écoles, une crèche et une maison de retraite. Nous demandons à la Mairie de Toulouse d’être proactif envers Orange et la commune de Launaguet en proposant une parcelle de remplacement qui ferait ensuite l’objet d’une concertation.

Enfin, comme vous le savez, nous avons alerté Orange, la Mairie de Launaguet et les services de l’état concernés (DREAL et DDT) de la présence d’espèces protégées dans cette zone. Il s’agit de 2 espèces d’oiseaux. Le code de l’Environnement impose au Maître d’Ouvrage, en l’occurrence Orange, de réaliser les études préalables nécessaires et de proposer des mesures de protection adaptées. Nous demandons, à la Mairie de Toulouse d’appuyer ce dossier auprès de la DREAL afin qu’il soit traité et qu’il devienne une condition suspensive au démarrage du chantier.

Une première réponse du Maire de Launaguet

Mail reçu de la Mairie de Launaguet :

C’est avec attention que Monsieur Michel Rougé, Maire de Launaguet a pris connaissance du courrier joint au message ci-dessous.
Monsieur le Maire vous informe qu’il va solliciter la Ville de Toulouse et Toulouse Métropole afin de rechercher conjointement  une solution de remplacement concernant l’implantation de l’antenne relais.
Soyez assuré que vous serez tenu informé de toute avancée dans ce dossier.

L’association Bien Vivre au Grand Selve et le collectif Bien Vivre à Dortis saluent cette avancée significative dans la concertation et l’écoute des populations concernées.
Nous osons espérer qu’une reprise en main de ce projet par toutes les collectivités impliquées, permettra, au delà des clivages politiques, de trouver une solution satisfaisante au bénéfice de tous.

 

 

 

REUNION du 27 octobre : ORANGE M’A TUER !

La  salle de quartier du Grand Selve était comble malgré les vacances scolaires. De nombreux launaguetois avaient fait également le déplacement sauf leur Maire, empêché.
Etaient présents 3 élus de la villes de Toulouse, avec Mme Roncato , maire de quartier, Mme Susset , commission environnement et antennes et M De Scorailles conseiller délégué à la démocratie locale.
En face nous avions l’ANFR (agence nationale des fréquences), organisme d’état qui gère les ressources de fréquences et fait les contrôles réglementaires sur les sites et cartographie l’ensemble des sites émetteurs (120000 stations sur 70000 supports) et deux représentants d’ORANGE.

Les MOTIFS du pourquoi ce pylône à cet endroit précis étaient attendus avec impatience.
La terrible nouvelle tombe alors comme un couperet :
Nous étions en ZONE BLANCHE !
La « loi Macron » obligerait donc ORANGE à « pylôner » cette zone pour boucher ce trou béant et les élus n’ont qu’à se tenir à carreau et à fermer leur  G….
Vous l’avez compris, quand l’orange passe, la démocratie trépasse
A l’appui de sa démonstration le représentant d’ORANGE nous montre furtivement une « carte » de cette zone blanche. il s’agirait de la couverture indoor du quartier. Et chacun de jeter un œil sur son portable qui affiche au moins 3 ou 4 barrettes … ce qui a fait douter la salle des arguments d’ORANGE.

Mais là, coup de théâtre !

Le Président de « Bien Vivre au Grand Selve » sort de sa manche la couverture radio établie pour la bande GSM de 1800 Mhz dont Toulouse était ville pilote, donc couverture « aux petits oignons »,  comme on le voit ci dessous (nous somme au milieu de la tache rose au centre, pas du tout dans une zone blanche ! )carto-1800Ce que nous confirme alors cet ancien ingénieur d’ORANGE, présent dans la salle, et qui avait justement réalisé lui même les études à l’époque, et pour qui ce pylône supplémentaire n’était pas justifié, au vu des documents que présentait ORANGE et en particulier de l’absence de mesures « oudoor », « outcar » et « incar » et du « plan de fréquences ».

Selon lui, les moyens techniques pour améliorer la couverture actuelle, à partir des sites existants, n’ont pas été mis en œuvre et en tout cas Orange n’en rapporte pas la preuve.
D’ailleurs, sur  le site officiel de couverture d’ORANGE , pas de zone blanche à cet endroit, ou alors ORANGE fait de la publicité mensongère à ses clients.

reseaux.orange.fr_couverture-mobileAlors « zone blanche ou pas zone blanche » ?
Il faudrait, en premier lieu, que l’on ait des mesures « terrain » objectives de la couverture existante, et Orange ne les a pas fournies. Ces mesures pourraient très bien être réalisées par le laboratoire EXEM, cité par l’ANFR , en y intégrant les mesures de champ dans les rues de la zone concernée.

Donc un dossier lacunaire, pour ne pas dire vide sur le plan technique de la part d’ORANGE qui se contente de brandir la loi et n’apporte aucune justification sur l’absence de solutions alternatives, ce qui est totalement inacceptable.
Nous avons recensé les sites existants autour de ce projet et il y a déjà pléthore, jugez par vous même :

inventaire-ANFR-1De plus le passage du BUN à proximité (nouveau boulevard urbain de 70 m de large entre Launaguet et Borderouge)  doit offrir des opportunités de couverture complémentaire si le besoin s’en fait sentir.

Il est vrai que l’argent des clients coule à flot dans les caisses d’Orange, et qu’ils n’ont peut être pas l’objectif d’optimiser ou de justifier leurs investissements car pour la 4G rien n’est trop grand, mais pour le câblage en fibre optique du quartier, on peut toujours attendre parce qu’ORANGE fait le choix du haut débit en 4G à tout prix au détriment de la fibre optique …

ORANGE a ce soir-là, attisé la colère de nouveaux riverains qui étaient venus pour observer et écouter les arguments des uns et des autres et refusent donc ce projet proche des écoles et dont on ne comprend toujours pas l’intérêt, que ce soit à Toulouse ou Launaguet.
Donc, la mobilisation continue.
Les élus présents, ont, eux aussi, entendu les arguments des uns et des autres, et nous espérons qu’ils sauront prendre leurs responsabilités dans le cadre de leurs mandats.

En attendant, les riverains sont toujours dans l’attente d’une véritable réunion de concertation telle que prévue par la loi avec des arguments techniques concrets et un dossier complet sur la nécessité de cette infrastructure à cet endroit.

NON au Marath’ondes à Toulouse

marathon-242 V/m ça suffit ! exigeons 0,6 V/m comme en Autriche

Toulouse se couvre de nouveaux pylônes et antennes aux rayonnement nocifs sous prétexte de couverture 4G comme au Grand Selve et Launaguet

La plupart de ces nouveaux sites sont techniquement injustifiés.
Ne laissons pas faire impunément les opérateurs au détriment de notre santé et de notre environnement.

Faisons pression sur nos élus qui sont censés nous protéger.

REUNION MARDI 27 OCTOBRE 18h30  avec la MAIRIE de TOULOUSE

Maison  de quartier Grand SELVE (derrière l’école)

15 mm à pied du métro Borderouge ou bus 26

« Apero jus d’ORANGE » à Launaguet DORTIS

Opération d’information auprès des habitants de Dortis à Launaguet le 24 octobre

dortis-2
cliquer sur la photo pour voir en grand

Curieusement très peu de riverains semblaient au courant de ce projet.

Cartes à l’appui nous leur avons montré qu’ils seraient eux aussi très proches de ce relais (et de ses ondes maléfiques) dont nous contestons l’utilité au vu de la couverture existante chez Orange.

Donc plus que jamais la mobilisation est nécessaire dans l’attente de la réunion à la maison de quartier du Grand Selve (derrière l’école maternelle) avec la Mairie de Toulouse

MARDI 27 OCTOBRE à 18H30

Venez nombreux à cette réunion, car la Haute Garonne
c’est nous, et on a tous notre mot à dire et pas seulement
lors des élections !

dortis-3

 

Antenne relais : nos écoles prises pour cible ?

Bien malin qui peut dire à ce jour, à quel niveau seront exposés les habitants du Grand Selve et de Dortis.
Orange, dont c’est pourtant le métier, et l’ANFR (organisme gouvernemental qui gère les fréquences) n’ont communiqué aucune information à ce sujet dans leurs documents.  Compte tenu des seuls éléments fournis (hauteur et inclinaison des antennes), nous pouvons juste supposer dans quel périmètre l’exposition sera maximale, et ça se situerait entre 200 et 400 m du pylône selon les spécialistes consultés, ce que nous avons traduit sur la carte ci dessous :

dortis-2En plein dans le mille !

Les écoles de Grand Selve, la maternelle et la crèche de Launaguet sont dans le périmètre, la maison de retraite à Launaguet est ratée de peu.
Les experts d’Orange et le maire de Launaguet sont d’excellents tireurs : 3 écoles d’un coup !
2 écoles primaires, 1 école maternelle, un centre de petite enfance, une maison de retraite médicalisée se trouvent dans un rayon compris entre 300 et 400 m de la future antenne.
N’y a t-il vraiment pas un autre lieu d’implantation d’antenne ou une autre solution qui puisse épargner 3 groupes scolaires et une maison de retraite ?
La mairie de Toulouse, celle de Launaguet, la Métropole sont-ils à ce point  figés sur leur position au détriment de centaines d’enfants et de séniors?
Nous ne sommes pas contre les antennes relais. Nous sommes contre cette implantation non concertée qui exposera à des ondes pulsées, nos enfants, nos ainés. ..
Espérons donc, au vu de cette situation, que les ingénieurs d’Orange vont revoir leur copie, ne serait ce que pour l’image de marque de la société.

Première réunion avec la mairie de Toulouse

A l’initiative de Bien Vivre au Grand Selve et du collectif DORTIS, une trentaines de personnes (d’autres étaient retenues par les réunions de parents d’élèves) attendaient le Maire adjoint du quartier 3.3, Mme RONCATO  et qui ne s’est pas dérobée et nous a donc reçu à la salle de quartier ce jeudi à 18h00

Elle a bien entendu exposé que c’est le Maire de Launaguet qui était le seul responsable de cette implantation dont  le site initial a été déplacé de 100 m vers les écoles de Toulouse.
Elle a annoncé, comme promis,  une réunion spécifique, dont la date reste à définir à ce jour  avec tous les protagonistes dont Mme Susset Conseillère municipale chargées du dossier) +, à notre demande, l’EPFL,  que nous payons 20 € par habitant dans nos impôts pour acheter du foncier pour Toulouse métropole et dans le cas présent acquérir la voirie pour accéder au site qui irradierait nos enfants.
Ce serait, selon les propos de Mme Roncato,  une réunion d’information et pas de concertation, qui donnerait donc le coup d’envoi des travaux.

La mobilisation et les initiatives citoyennes contre ce projet aberrant entre les écoles de Toulouse et Launaguet, plus la crèche et la maison de retraire, vont  donc s’amplifier dans  les prochains jours.

La pétition en ligne dépasse déjà les 200 signatures sans oublier les 400 signatures de la pétition papier des premiers jours.

L’impact médiatique grandit

Après la Dépêche , les médias en ligne parlent de notre combat :

20 minutes :
Toulouse: Un projet d’antenne-relais à Launaguet donne la migraine aux Toulousains

 Actu Coté Toulouse
Près de Toulouse, des riverains mobilisés contre l’implantation d’une antenne-relais à proximité d’écoles

ORANGE peine à fournir des explications convaincantes sur la nécessité d’implanter ses antennes à cet endroit précis au milieu de 3 écoles et une crèche.
Quel intérêt pour l’opérateur de s’accrocher à cet emplacement  et d’écorner son image de marque bien au delà des limites du quartier ?